Une vie sans aventure est susceptible d'être insatisfaisante, mais une vie dans laquelle l' aventure est autorisé à prendre quelque forme que ce sera est sûr d'être court.


une-vie-aventure-susceptible-d'être-insatisfaisante-une-vie-laquelle-l'-aventure-autorisé-à-prendre-quelque-forme-sera-sûr-d'être-court
bertrand russellunevieaventuresusceptibled'êtreinsatisfaisanteunelaquelleautoriséprendrequelqueformeserasrcourtune vievie sanssans aventureaventure estest susceptiblesusceptible d'êtred'être insatisfaisantemais uneune vievie dansdans laquellelaquelle ll' aventureaventure estest autoriséautorisé àà prendreprendre quelquequelque formeforme quece serasera estest sûrsûr d'êtred'être courtune vie sansvie sans aventuresans aventure estaventure est susceptibleest susceptible d'êtresusceptible d'être insatisfaisantemais une vieune vie dansvie dans laquelledans laquelle llaquelle l' aventurel' aventure estaventure est autoriséest autorisé àautorisé à prendreà prendre quelqueprendre quelque formequelque forme queforme que ceque ce serace sera estsera est sûrest sûr d'êtresûr d'être court

Il est des moments dans la vie, qui révèlent la lumière que l'on a en chacun de nous. Cette lumière restée éteinte si longtemps car trop négligée. Trop de poids, trop de conformisme social. Il est des moments où même une vie banale peut être une aventure. Une aventure où explose une tempête d'émotion. L'amour est beau car il permet de grandir, et ce quelque soit les souffrances, et ce quelque soit notre âge.Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l'aventure, à la vie, à l'amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.L’aventure est un état d’esprit. Elle se trouve dans le cœur de l’homme. L’aventure, c’est être capable de refuser son destin, être prêt à partir à tout moment, concevoir encore et toujours de nouveaux projets, ne pas être assis, c’est en un mot vivre sa vie et la construire.L'aventure individuelle et l'aventure collective sont soumises à des transpositions, à des dissociations et à des éparpillements infinis. voix sans corps, corps sans épaisseur et sans poids, visages sans dimensions, existences sans dates. Une vie, la vie, c'est devenu des signes sur du papier, des sillons sur la cire, du noir et du blanc sur dix mille écrans, des mots tombant en pluie sur cinquante millions de demeures. Notre destin de chair est absorbé par notre destin d'ombre.La vie est une aventure, elle doit être sans cesse disputée à la mort.La décroissance est donc un impératif de survie. Mais elle suppose une autre économie, un autre style de vie, une autre civilisation, d'autres rapports sociaux.[..]La sortie du capitalisme a déjà commencé sans être encore voulue consciemment. La question porte seulement sur la forme qu'elle va prendre et la cadence à laquelle elle va s'opérer.