Un noble mensonge demande moins de force qu'une cruelle vérité.


un-noble-mensonge-demande-de-force-qu'une-cruelle-vérité
alain grandboisunnoblemensongedemandedeforcequ'unecruellevéritéun noblenoble mensongemensonge demandedemande moinsmoins dede forceforce qu'unequ'une cruellecruelle véritéun noble mensongenoble mensonge demandemensonge demande moinsdemande moins demoins de forcede force qu'uneforce qu'une cruellequ'une cruelle véritéun noble mensonge demandenoble mensonge demande moinsmensonge demande moins dedemande moins de forcemoins de force qu'unede force qu'une cruelleforce qu'une cruelle véritéun noble mensonge demande moinsnoble mensonge demande moins demensonge demande moins de forcedemande moins de force qu'unemoins de force qu'une cruellede force qu'une cruelle vérité

Le mensonge ne peut se loger que dans la vérité. Il n’a pas d’existence distincte ; son rapport avec la vérité est une relation de symbiose. Un bon mensonge révèle plus de choses que ne le pourra jamais la vérité. A celui qui cherche la vérité, s’entend. Celui-là, face au mensonge, ne saurait certes y trouver aucune raison de colère ou de récrimination. Ni même de souffrance, parce que tout y est patent, nu, révélateur.Le mensonge demande de l'imagination, la vérité du savoir-faire.Il n'y a pas moins de reproche à taire une vérité qu'à falsifier un mensonge.La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi, qu’à moins d’aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître.La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi, qu'à moins d'aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître.Un mensonge peut être moins menteur qu'une vérité bien choisie.