Si les Italiens nous admiraient davantage, ils nous ressembleraient moins dans nos qualités brillantes. Je ne serais pas trop surpris qu'ils sentissent aujourd'hui qu'il n'y a point de vraie grandeur dans les arts sans originalité, et de vraie grandeur dans une nation sans une constitution à l'anglaise.


si-italiens-admiraient-davantage-ressembleraient-nos-qualités-brillantes-je-ne-serais-surpris-qu'-sentissent-aujourd'hui-qu'-n'y-a-point-de
stendhalitaliensadmiraientdavantageressembleraientnosqualitésbrillantesneseraissurprisqu'ilssentissentaujourd'huiqu'iln'ypointdevraiegrandeurartsoriginalitéunenationconstitutionl'anglaiseles italiensitaliens nousnous admiraientadmiraient davantagenous ressembleraientressembleraient moinsdans nosnos qualitésqualités brillantesje nene seraisserais pastrop surprissurpris qu'ilsqu'ils sentissentsentissent aujourd'huiaujourd'hui qu'ilqu'il n'ypoint dede vraievraie grandeurgrandeur dansles artsarts sanset dede vraievraie grandeurgrandeur dansdans uneune nationnation sanssans uneune constitutionconstitution àà l'anglaisesi les italiensles italiens nousitaliens nous admiraientnous admiraient davantageils nous ressembleraientnous ressembleraient moinsressembleraient moins dansmoins dans nosdans nos qualitésnos qualités brillantesje ne seraisne serais passerais pas troppas trop surpristrop surpris qu'ilssurpris qu'ils sentissentqu'ils sentissent aujourd'huisentissent aujourd'hui qu'ilaujourd'hui qu'il n'yn'y a pointa point depoint de vraiede vraie grandeurvraie grandeur dansgrandeur dans lesdans les artsles arts sansarts sans originalitéet de vraiede vraie grandeurvraie grandeur dansgrandeur dans unedans une nationune nation sansnation sans unesans une constitutionune constitution àconstitution à l'anglaise

La vraie grandeur pour une nation, la vraie gloire selon les économistes, c'est de vendre aux empires voisins plus de culottes qu'on n'en achète d'eux.La vraie grandeur pour une nation, la vraie gloire pour les économistes, c'est de vendre aux Empires voisins plus de culottes qu'on n'en achète d'eux.Les événements eux-mêmes sont demandés comme une nourriture. S'il n'y a point ce matin quelque grand malheur dans le monde, nous sentons un certain vide. Les journalistes disent une chose qu'ils savent ne pas être vraie, dans l'espoir que, s'ils continuent à l'affirmer assez longtemps, elle deviendra vraie.La vraie grandeur se courbe par bonté vers ses inférieurs et revient sans effort dans son naturel.Dans les guerres d'aujourd'hui, il n'y a pas de morale. Nous croyons que la pire des voleurs dans le monde d'aujourd'hui et les pires terroristes sont les Américains. Nous n'avons pas à faire la distinction entre militaires et civils. En ce qui nous concerne, ils sont tous des cibles.