Plus je grossis, plus je m'aigris, plus je m'aigris, plus j'ai le coeur gros. Le désespoir rend difforme.


plus-grossis-plus-m'aigris-plus-m'aigris-plus-j'ai-coeur-gros-le-désespoir-rend-difforme
claude frisoniplusgrossisplusm'aigrisj'aicoeurgrosdésespoirrenddifformeplus jeje grossisplus jeje m'aigrisplus jeje m'aigrisplus j'aij'ai lele coeurcoeur grosle désespoirdésespoir rendrend difformeplus je grossisplus je m'aigrisplus je m'aigrisplus j'ai lej'ai le coeurle coeur grosle désespoir renddésespoir rend difformeplus j'ai le coeurj'ai le coeur grosle désespoir rend difformeplus j'ai le coeur gros

Plus je grossis et plus je m'aigris.La caravane passe... les aigris restent.Les aigris sont souvent des optimistes désenchantés.Nous aurions pas notre politique distraits et aigris par les dissensions des autres pays.Renier, dénier, cracher, c'est pour les aigris, les fortiches, les types qui veulent croire qu'ils se sont faits tout seuls et personne avant eux. Les cons quoi.Comment répondrons-nous aux aigris, quand ils nous diront qu’un sur deux parmi les gens en place, dans une société quelconque, est non seulement un imbécile au sens général du mot, mais même un homme qui ne connaît rien à sa partie, et a réussi par la grâce de Dieu ?.