Mobilité de l'âme ! la même pensée qui un jour nous a fait pleurer, huit jours plus tard peut nous laisser indifférents. Les mille métamorphoses des nuages au ciel ne sont qu'une faible image de la multitude des impressions, antipathies et sympathies qui s'enlacent et tourbillonnent à la fois dans un cœur humain, je ne dis pas seulement dans le cœur d'une femme.


mobilité-de-l'âme-pensée-un-jour-a-pleurer-huit-jours-plus-tard-laisser-indifférents-les-mille-métamorphoses-nuages-ciel-ne-qu'une
henri-frédéric amielmobilitédel'âmepenséeunjourpleurerhuitjoursplustardlaisserindifférentsmillemétamorphosesnuagescielnequ'unefaibleimagemultitudeimpressionsantipathiessympathiess'enlacenttourbillonnentcœurhumaindisd'unefemmemobilité dede l'âmel'âmela mêmemême penséepensée quiqui unun jourjour nousfait pleurerhuit joursjours plusplus tardtard peutnous laisserlaisser indifférentsles millemille métamorphosesmétamorphoses desdes nuagesnuages auau cielciel nene sontsont qu'unequ'une faiblefaible imageimage dede lala multitudemultitude desdes impressionsantipathies etet sympathiessympathies quiqui s'enlacents'enlacent etet tourbillonnenttourbillonnent àdans unun cœurcœur humainje nene disdis pasle cœurcœur d'uned'une femmemobilité de l'âmede l'âmela mêmela même penséemême pensée quipensée qui unqui un jourun jour nousa fait pleurerhuit jours plusjours plus tardplus tard peuttard peut nouspeut nous laissernous laisser indifférentsles mille métamorphosesmille métamorphoses desmétamorphoses des nuagesdes nuages aunuages au cielau ciel neciel ne sontne sont qu'unesont qu'une faiblequ'une faible imagefaible image deimage de lade la multitudela multitude desmultitude des impressionsantipathies et sympathieset sympathies quisympathies qui s'enlacentqui s'enlacent ets'enlacent et tourbillonnentet tourbillonnent àtourbillonnent à lafois dans undans un cœurun cœur humainje ne disne dis pasdis pas seulementdans le cœurle cœur d'unecœur d'une femme

Nous sommes sans arrêt confrontés à des séparations. La vie a une main qui plonge dans notre corps, se saisit du cœur et l’enlève. Pas une fois, mais de nombreuses fois. En échange, la vie nous donne de l’or. Seulement, nous payons cet or à un prix fou puisque nous en avons, à chaque fois, le cœur arraché vivant.Il est au fond du cœur humain un sentiment de justice qui nous empêche de trouver un vrai plaisir dans la jouissance des biens qui ne sont point à la portée de la multitude ; mais la pureté de l'air, les parfums des fleurs, le chant des oiseaux, le spectacle d'une belle nuit, les mets simples nous ravissent, parce que tous peuvent en jouir.Car quand c'est dans l'espoir d'une découverte précieuse que nous désirons recevoir certaines impressions de nature ou d'art, nous avons quelque scrupule à laisser notre âme accueillir à leur place des impressions moindres qui pourraient nous tromper sur la valeur exacte du beau.Savez-vous ce que c’est, une pluie d’été ? D’abord la beauté pure crevant le ciel d’été, cette crainte respectueuse qui s’empare du cœur, se sentir si dérisoire au centre même du sublime, si fragile et si gonflé de la majesté des choses, sidéré, happé, ravie par la munificence du monde. Ensuite, arpenter un couloir et, soudain, pénétrer une chambre de lumière. Autre dimension, certitudes juste nées. Le corps n’est plus une gangue, l’esprit habite les nuages, la puissance de l’eau est sienne, des jours heureux s’annoncent, dans une nouvelle naissance. Puis, comme les pleurs, parfois, lorsqu'ils sont ronds, forts et solidaires, laissent derrière eux une longue plage lavée de discorde, la pluie, l’été, balayant la poussière immobile fait à l’âme des êtres comme une respiration sans fin. Ainsi, certaines pluies d’été s’ancrent en nous comme un nouveau cœur qui bat à l’unisson de l’autre.Mais enfin l'éloignement peut être efficace. Le désir, l'appétit de nous revoir finissent par renaître dans le cœur qui actuellement nous méconnaît. Seulement il y faut du temps. Or, nos exigences en ce qui concerne le temps ne sont pas moins exorbitantes que celles réclamées par le cœur pour changer. D'abord, du temps, c'est précisément ce que nous accordons le moins aisément, car notre souffrance est cruelle et nous sommes pressés de la voir finir. Ensuite, ce temps dont l'autre cœur aura besoin pour changer, le nôtre s'en servira pour changer lui aussi, de sorte que quand le but que nous nous proposons deviendra accessible, il aura cessé d'être un but pour nous. D'ailleurs, l'idée même qu'il sera accessible, qu'il n'est pas de bonheur que, lorsqu'il ne sera plus un bonheur pour nous, nous ne finissions par atteindre, cette idée comporte une part, mais une part seulement, de vérité. Il nous échoit quand nous y sommes devenus indifférents. Mais précisément cette indifférence nous a rendu moins exigeants et nous permet de croire rétrospectivement qu'il nous eût ravis à une époque où il nous eût peut-être semblé fort incomplet.Quand nous regardons longuement le ciel immense, nos idées et notre âme se fondent dans la conscience de notre solitude. Nous nous sentons irréparablement seuls, et tout ce que nous tenions auparavant pour familier et cher s’éloigne indéfiniment et perd toute valeur. Les étoiles, qui nous regardent du haut du ciel depuis des milliers d’années, le ciel incompréhensible lui-même et la brume, indifférents à la brièveté de l’existence humaine, lorsqu’on reste en tête à tête avec eux et qu’on essaie d’en comprendre le sens, accablent l’âme de leur silence ; on se prend à songer à la solitude qui attend chacun de nous dans la tombe, et la vie nous apparaît dans son essence, désespérée, effrayante….