Le ciel regarde les hommes s'agiter avec tant d'étonnement que chaque jour la nuit lui en tombe!


le-ciel-regarde-hommes-s'agiter-tant-d'étonnement-jour-nuit-lui-tombe
robert roccacielregardehommess'agitertantd'étonnementjournuitluitombele cielciel regarderegarde lesles hommeshommes s'agiters'agiter avecavec tanttant d'étonnementd'étonnement quechaque jourjour lala nuitnuit luilui enen tombele ciel regardeciel regarde lesregarde les hommesles hommes s'agiterhommes s'agiter avecs'agiter avec tantavec tant d'étonnementtant d'étonnement qued'étonnement que chaqueque chaque jourchaque jour lajour la nuitla nuit luinuit lui enlui en tombele ciel regarde lesciel regarde les hommesregarde les hommes s'agiterles hommes s'agiter avechommes s'agiter avec tants'agiter avec tant d'étonnementavec tant d'étonnement quetant d'étonnement que chaqued'étonnement que chaque jourque chaque jour lachaque jour la nuitjour la nuit luila nuit lui ennuit lui en tombele ciel regarde les hommesciel regarde les hommes s'agiterregarde les hommes s'agiter avecles hommes s'agiter avec tanthommes s'agiter avec tant d'étonnements'agiter avec tant d'étonnement queavec tant d'étonnement que chaquetant d'étonnement que chaque jourd'étonnement que chaque jour laque chaque jour la nuitchaque jour la nuit luijour la nuit lui enla nuit lui en tombe

Le ciel regarde les hommes s'agiter avec tant d'étonnement que chaque jour la nuit lui en tombe !Nous lisons chaque jour avec étonnement des choses que nous voyons chaque jour sans surprise.Je fais le ramadan de la parole. Aucun mot ne sortira plus de ma bouche. De mon lever à mon coucher. Et tant pis pour le soleil. Je ne parlerai plus qu'à la nuit. Parce qu'à la nuit, personne ne m'empêchera de parler comme je le veux, de dire ce que je veux. Parce qu'à la nuit je vais à la fenêtre de ma chambre, je regarde le ciel. et je parle. Libre.On représente tous les hommes de génie regardant le ciel. Le penseur lui, est comme le chercheur d'or, il regarde la terre.Le coeur ressemble au firmament ; comme lui il fait partie du ciel, et comme lui aussi il change nuit et jour.Le jour me fatigue et m'ennuie. Il est brutal et bruyant. Je me lève avec peine, je m'habille avec lassitude, je sors avec regret, et chaque pas, chaque mouvement, chaque geste, chaque parole, chaque pensée me fatigue comme si je soulevais un écrasant fardeau. Mais quand le soleil baisse, une joie confuse, une joie de tout mon corps m'envahit. Je m'éveille, je m'anime. A mesure que l'ombre grandit, je me sens tout autre, plus jeune, plus fort, plus alerte, plus heureux. Je la regarde s'épaissir la grande ombre douce tombée du ciel : elle noie la ville, comme une onde insaisissable et impénétrable, elle cache, efface, détruit les couleurs, les formes, étreint les maisons, les êtres, les monuments de son imperceptible toucher. Alors j'ai envie de crier de plaisir comme les chouettes, de courir sur les toits comme les chats ; et un impétueux, un invincible désir d'aimer s'allume dans mes veines.