La verve poétique n'est pas toujours au commandement de l'écrivain, et le génie tombe presque aussi souvent en défaillance que les femmes.


la-verve-poétique-n'-toujours-commandement-de-l'écrivain-génie-tombe-presque-souvent-défaillance-femmes
jean-paulvervepoétiquen'esttoujourscommandementdel'écrivaingénietombepresquesouventdéfaillancefemmesla verveverve poétiquepoétique n'estn'est paspas toujourstoujours auau commandementcommandement dede l'écrivainle géniegénie tombetombe presquepresque aussiaussi souventsouvent enen défaillancedéfaillance queles femmesla verve poétiqueverve poétique n'estpoétique n'est pasn'est pas toujourspas toujours autoujours au commandementau commandement decommandement de l'écrivainet le géniele génie tombegénie tombe presquetombe presque aussipresque aussi souventaussi souvent ensouvent en défaillanceen défaillance quedéfaillance que lesque les femmesla verve poétique n'estverve poétique n'est paspoétique n'est pas toujoursn'est pas toujours aupas toujours au commandementtoujours au commandement deau commandement de l'écrivainet le génie tombele génie tombe presquegénie tombe presque aussitombe presque aussi souventpresque aussi souvent enaussi souvent en défaillancesouvent en défaillance queen défaillance que lesdéfaillance que les femmesla verve poétique n'est pasverve poétique n'est pas toujourspoétique n'est pas toujours aun'est pas toujours au commandementpas toujours au commandement detoujours au commandement de l'écrivainet le génie tombe presquele génie tombe presque aussigénie tombe presque aussi souventtombe presque aussi souvent enpresque aussi souvent en défaillanceaussi souvent en défaillance quesouvent en défaillance que lesen défaillance que les femmes

La servilité va presque toujours au delà de l'abus du commandement.Rarement celui qui fait une découverte en recueille les fruits : il faut, pour être inventeur, un grandiose qui ne s'accorde guère avec les soins de détail dont presque toujours dépend le succès de nos entreprises. La fortune, j'entends la richesse, n'est pas souvent compagne du génie.L'homme est destiné à marcher en rond. L'indigence et l'obscurité produisent la vigilance, l'économie, quelquefois le génie, presque toujours la richesse (sans le génie, ce serait toujours). Ensuite la richesse engendre l'oisiveté, la vanité, la prodigalité, qui reconduisent à l'indigence.Les femmes seraient plus en état que les hommes de bien juger les autres femmes, parce qu'elles n'ont pas les mêmes raisons d'aveuglement ; mais la jalousie dont on les soupçonne les unes contre les autres (et ce n'est pas sans fondement) rend leurs décisions presque aussi incertaines que celles des hommes.Un livre indispensable que toutes les femmes devraient lire et tous les hommes aussi d'ailleurs car ils ne savent souvent pas ce qu'on fait aux femmes dans le monde...et croient qu'on est féministe pour ne pas faire la vaisselle...On n'est pas toujours en verve d'enthousiasme.