La religion est considérée par le peuple comme de véritables, par le sage comme faux, et par les dirigeants comme utiles.


la-religion-considérée-peuple-de-véritables-sage-faux-dirigeants-utiles
religionconsidéréepeupledevéritablessagefauxdirigeantsutilesla religionreligion estest considéréeconsidérée parle peuplepeuple commecomme dede véritablesle sagesage commecomme fauxles dirigeantsdirigeants commecomme utilesla religion estreligion est considéréeest considérée parconsidérée par lepar le peuplele peuple commepeuple comme decomme de véritablespar le sagele sage commesage comme fauxpar les dirigeantsles dirigeants commedirigeants comme utilesla religion est considéréereligion est considérée parest considérée par leconsidérée par le peuplepar le peuple commele peuple comme depeuple comme de véritablespar le sage commele sage comme fauxet par les dirigeantspar les dirigeants commeles dirigeants comme utilesla religion est considérée parreligion est considérée par leest considérée par le peupleconsidérée par le peuple commepar le peuple comme dele peuple comme de véritablespar le sage comme fauxet par les dirigeants commepar les dirigeants comme utiles

Il y a trois sortes de tyrans. Les uns règnent par l’élection du peuple, les autres par la force des armes, les derniers par succession de race. (. .. ) s'ils arrivent au trône par des moyens divers, leur manière de régner est toujours à peu près la même. Ceux qui sont élus par le peuple le traitent comme un taureau à dompter, les conquérants comme leur proie, les successeurs comme un troupeau d'esclaves qui leur appartient par nature.Paris n'est pas la capitale de la France seule, mais bien de tout le monde civilisé ; c'est le rendez-vous de ses notabilités intellectuelles. Ici est rassemblé tout ce qui est grand par l'amour ou par la haine, par le sentiment comme par la pensée, par le savoir ou par la puissance, par le bonheur comme par le malheur, par l'avenir ou par le passé. Quand on considère la réunion d'hommes distingués ou célèbres qu'on y trouve, Paris nous apparaît comme un Panthéon des vivants.Toute chose peut être considérée comme un émerveillement ou comme une gêne, comme un tout ou comme rien du tout, comme une voie ou comme un souci. La considérer chaque fois de façon différente, c'est la renouveler, la multiplier par elle-même. C'est pourquoi un esprit contemplatif, qui n'a jamais quitté son village, a cependant l'univers entier à ses ordres.Tiens pour vil chose chère, et prise comme rare - Ce qui par le vulgaire est le moins recherché: - Par l'un, tu fuis le nom d'avare ; - Par l'autre, des faux biens ton cœur est détaché,Vous verrez, Sarko, en dépit des apparences, c'est Giscard. Comme lui, il entame par une forme d'ouverture. Comme lui, il va être pris à revers par la crise économique. Comme lui, il va affronter une impopularité grandissante. Comme lui, il va se perdre dans l'admiration de sa propre personne. Comme lui, il humilie les siens. Comme lui, il va perdre toutes les élections locales. Comme lui, il va chercher son salut en essayant de retrouver ses bases électorales de la droite dure. Comme lui, il va s'isoler. Comme lui, il sera donc battu.Certains voyageurs sont happés par leurs objectifs, comme le fer est attiré par l'aimant. D'autres sont poussés par une force invisible, comme la corde propulse la flèche.