La nuit était tombée sur la contrée de Lutwiler, et la spirale de Mircéa barrait obliquement le ciel de son ruban scintillant.


la-nuit-était-tombée-contrée-de-lutwiler-spirale-de-mircéa-barrait-obliquement-ciel-de-ruban-scintillant
jack vancenuitétaittombéecontréedelutwilerspiralemircéabarraitobliquementcielrubanscintillantla nuitnuit étaitétait tombéetombée surla contréecontrée dede lutwilerla spiralespirale dede mircéamircéa barraitbarrait obliquementobliquement lele cielciel dede sonson rubanruban scintillantla nuit étaitnuit était tombéeétait tombée surtombée sur lasur la contréela contrée decontrée de lutwileret la spiralela spirale despirale de mircéade mircéa barraitmircéa barrait obliquementbarrait obliquement leobliquement le cielle ciel deciel de sonde son rubanson ruban scintillantla nuit était tombéenuit était tombée surétait tombée sur latombée sur la contréesur la contrée dela contrée de lutwileret la spirale dela spirale de mircéaspirale de mircéa barraitde mircéa barrait obliquementmircéa barrait obliquement lebarrait obliquement le cielobliquement le ciel dele ciel de sonciel de son rubande son ruban scintillantla nuit était tombée surnuit était tombée sur laétait tombée sur la contréetombée sur la contrée desur la contrée de lutwileret la spirale de mircéala spirale de mircéa barraitspirale de mircéa barrait obliquementde mircéa barrait obliquement lemircéa barrait obliquement le cielbarrait obliquement le ciel deobliquement le ciel de sonle ciel de son rubanciel de son ruban scintillant

Et quand la rosée tombait sur ??le camp dans la nuit, la manne est tombée sur elle.La chouette de Minerve ne prend son envol qu'à la tombée de la nuit.La nuit, toute chose prend sa forme et son vrai aspect. De même qu'on ne distingue que la nuit les étoiles du ciel, on aperçoit alors sur la terre bien des choses qu'on ne voit pas le jour.Qu'y a-t-il de plus intime que la lecture ? Ce chuchotement qui nous atteint au plus profond de nous, comme si, tout autour, une nuit accidentelle était tombée sur le monde et l'avait rendu silencieux. Soudain, il n'y a plus rien. Il n'y a plus que le texte, qui résonne en nous.L'humeur du ciel s'apaisait. . C'était une colère tombée, la fin d'une matinée revêche.Hier, la nuit d'été, qui nous prêtait ses voiles, Était digne de toi, tant elle avait d'étoiles ! Tant son calme était frais, tant son souffle était doux ! Tant elle éteignait bien ses rumeurs apaisées ! Tant elle répandait d'amoureuses rosées Sur les fleurs et sur nous !.