La beauté d’un poème n’est pas dans la capacité qu’il a de faire plaisir au lecteur. La poésie est toujours une surprise, capable de nous couper la respiration à certains moments. Elle doit demeurer dans nos vies comme le coucher de soleil : miraculeux et naturel en même temps.


la-beauté-dun-poème-n-capacité-qu-a-de-faire-plaisir-lecteur-la-poésie-toujours-une-surprise-capable-de-couper-respiration-à-certains
paulo coelhobeautéd’unpoèmen’estcapacitéqu’ildefaireplaisirlecteurpoésietoujoursunesurprisecapablecouperrespirationcertainsmomentsdemeurernosviescouchersoleilmiraculeuxnatureltempsla beautébeauté d’und’un poèmepoème n’estn’est pasla capacitécapacité qu’ilde fairefaire plaisirplaisir auau lecteurla poésiepoésie estest toujourstoujours uneune surprisecapable dede nousnous coupercouper lala respirationrespiration àà certainscertains momentsdoit demeurerdemeurer dansdans nosnos viesvies commele couchercoucher dede soleilsoleilmiraculeuxmiraculeux etet naturelnaturel enen mêmemême tempsla beauté d’unbeauté d’un poèmed’un poème n’estpoème n’est pasn’est pas dansdans la capacitéla capacité qu’ilqu’il a dea de fairede faire plaisirfaire plaisir auplaisir au lecteurla poésie estpoésie est toujoursest toujours unetoujours une surprisecapable de nousde nous coupernous couper lacouper la respirationla respiration àrespiration à certainsà certains momentselle doit demeurerdoit demeurer dansdemeurer dans nosdans nos viesnos vies commevies comme lecomme le coucherle coucher decoucher de soleilde soleilmiraculeux etmiraculeux et naturelet naturel ennaturel en mêmeen même temps

Certaines personnes viennent dans nos vies et aller vite. Certains restent pendant un certain temps, laisser des empreintes dans nos cœurs, et nous ne sommes jamais, toujours le même.Et ne restreignez pas la poésie au seul langage. La poésie est présente dans la musique, dans la photographie, voire dans l'art culinaire - partout où il s'agit de percer l'opcaité des choses pour en faire jaillir l'essence à nos yeux. Partout où ce qui est en jeu, c'est la révélation du monde. La poésie peut se cacher dans les objets ou les actions les plus quotidiens mais elle ne doit jamais, jamais, être ordinaire. Ecrivez un poème sur la couleur du ciel, sur le sourire d'une fille si ça vous chante, mais qu'on sente dans vos vers le jour de la Création, du Jugement dernier et l'éternité. Tout m'est bon, pour peu que ce poème nous mette en joie, pour peu q'il lève un coin de voile sur le monde et nous procure un frisson d'immortalité.Le cœur et l’estomac en marmelade, je me dis que finalement, c’est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté, où le temps n’est plus le même. C’est comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèse dans le temps, de suspension, un ailleurs ici même, un toujours dans le jamais. Je traquerai désormais les toujours dans le jamais. La beauté dans ce monde.C’est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté où le temps n’est plus le même. C’est comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèses dans le temps, de suspension, un ailleurs ici même, un toujours dans le jamais. oui, c’est ça, un toujours dans le jamais.Je me dis que finalement, c'est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté où le temps n'est plus le même. Comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèses dans le temps, de suspension, un ailleurs ici-même, un toujours dans le jamais. Oui, c'est ça, un toujours dans le jamais.La poésie, pour peu qu’on veuille descendre en soi-même, interroger son âme, rappeler ses souvenirs d’enthousiasme, n’a pas d’autre but qu’elle-même, elle ne peut pas en avoir d’autre, et aucun poème, que celui qui aura été écrit uniquement pour le plaisir d’écrire un poème (...). la poésie ne peut pas, sous peine de mort ou de défaillance, s’assimiler à la science ou à la morale ; elle n’a pas la vérité pour objet, elle n’a qu’elle-même.