L'homme a beaucoup à savoir, et peu à vivre ; et il ne vit pas s'il ne sait rien.


l'homme-a-beaucoup-à-savoir-à-vivre-ne-vit-s'-ne-sait-rien
baltasar gracian y moralesl'hommebeaucoupsavoirvivrenevits'ilsaitrienbeaucoup àà savoirà vivrevivreil nene vitvit paspas s'ils'il nene saitsait rienl'homme a beaucoupa beaucoup àbeaucoup à savoirpeu à vivreà vivreet il neil ne vitne vit pasvit pas s'ilpas s'il nes'il ne saitne sait rienl'homme a beaucoup àa beaucoup à savoiret peu à vivrepeu à vivreet il neet il ne vitil ne vit pasne vit pas s'ilvit pas s'il nepas s'il ne saits'il ne sait rienl'homme a beaucoup à savoiret peu à vivreet il ne vitet il ne vit pasil ne vit pas s'ilne vit pas s'il nevit pas s'il ne saitpas s'il ne sait rien

L'homme a beaucoup à savoir, et peu à vivre; et il ne vit pas s'il ne sait rien.Trois beaucoup et trois peu sont pernicieux à l'homme: beaucoup parler et peu savoir, beaucoup dépenser et peu avoir, beaucoup présumer et peu valoir.N'est-ce pas savoir beaucoup que de savoir qu'on ne sait rien ?La paresse, oui, ce n'est rien d'autre que l'arrogance, la prétention d'en savoir plus, l'illusion de savoir mieux. Quand on sait combien peu on sait, on a peut-être encore une chance de s'en sortir.L'homme ! Il vit, mais ne dispose pas de sa vie ; il pense, mais ne sait rien ; il vit en troupeau, mais c'est un individu ; c'est un individu, mais il est incapable de vivre seul ; il fait partie de la nature, mais il la détruit pour la transformer en biens sociaux ; et par son activité il finit par anéantir aussi bien la nature que la société. Pourtant, le pire est qu'il s'est imposé des lois qu'il n'est pas capable de respecter : ainsi, il est obligé de vivre dans le mensonge et le mépris.Si l'on vit on ne se voit pas vivre (et on fait n'importe quoi) si l'on se regarde vivre on ne vit plus et il n'y a plus rien à regarder.