L'éducation est la seule différence qui existe entre l'homme d'aujourd'hui et celui d'il y a dix mille ans. Sous le faible vernis de moralité dont il a enduit sa peau, il est resté le même sauvage qu'il était il y a cent siècles.


l'éducation-seule-différence-existe-entre-l'homme-d'aujourd'hui-celui-d'-y-a-dix-mille-ans-sous-faible-vernis-de-moralité-dont-a-enduit
jack londonl'éducationseuledifférenceexisteentrel'hommed'aujourd'huiceluid'ildixmilleansfaiblevernisdemoralitédontenduitpeaurestésauvagequ'ilétaitcentsièclesl'éducation estla seuleseule différencedifférence quiqui existeexiste entreentre l'hommel'homme d'aujourd'huid'aujourd'hui etet celuicelui d'ild'il ydix millemille ansle faiblefaible vernisvernis dede moralitémoralité dontdont ilenduit sasa peauest restéresté lele mêmemême sauvagesauvage qu'ilqu'il étaitétait ilcent sièclesl'éducation est laest la seulela seule différenceseule différence quidifférence qui existequi existe entreexiste entre l'hommeentre l'homme d'aujourd'huil'homme d'aujourd'hui etd'aujourd'hui et celuiet celui d'ilcelui d'il yy a dixa dix milledix mille anssous le faiblele faible vernisfaible vernis devernis de moralitéde moralité dontmoralité dont ilil a enduita enduit saenduit sa peauil est restéest resté leresté le mêmele même sauvagemême sauvage qu'ilsauvage qu'il étaitqu'il était ilétait il yy a centa cent siècles

La moralité est une création sociale, qui s'est agglomérée au cours des âges. Mais le nourrisson deviendra un sauvage si on ne l'éduque, si on ne lui donne un certain vernis de cette moralité abstraite qui s'est accumulée le long des siècles.La moralité est une création sociale, qui s'est agglomérée au cours des âges. Mais le nourrisson deviendra un sauvage si on ne l'éduque, si on ne lui donne un certain vernis de cette moralité abstraite qui s'est accumulée le long des siècles. Tu ne tueras point, quelle blague !.La différence qu'il y a entre un homme malheureux et un homme heureux est tout au plus la même que celle qui existe entre celui qui a la fièvre tierce et celui qui a la fièvre quarte. Le premier n'a qu'un bon jour, le second en a deux.La différence qu'il y a entre un homme îoalbeureuxet un homme heureux est la même qMe celle qui existe entre celui qui a la fièvre tierce et celui qui a la fièvre quarte. Le premier n'a qu'un bon jour, le second en a deux.Ça signifie que le meilleur ne le reste jamais longtemps. Un jour, à moins que le monde n'explose entre-temps, quelqu'un aux jeux Olympiques courra un kilomètre cinq cents en deux minutes. Ça prendra cent ans, mille ans, mais ça viendra. Parce qu'il n'y a pas de record ultime. Il y a le zéro, l'éternité, la mortalité, mais l'ultime, ça n'existe pas.Il y a dix ans, le luxe c'était de posséder un portable ; aujourd'hui, c'est de pouvoir l'éteindre. Il faut inventer un droit à la déconnexion. * «.