Je suis né à Metz et bien que n’ayant aucune attache de famille en cette ville dont me voici par un hasard de garnison, je revendique d’autant plus ma qualité de Lorrain et de Messin, que la Lorraine et Metz sont plus malheureuses plus douloureuses.


je-suis-né-à-metz-bien-nayant-aucune-attache-de-famille-cette-ville-dont-me-voici-un-hasard-de-garnison-revendique-dautant-plus-qualité-de
souvenirs d’un messinsuismetzbienn’ayantaucuneattachedefamillecettevilledontmevoiciunhasardgarnisonrevendiqued’autantplusqualitélorrainmessinlorrainemalheureusesdouloureusesje suissuis néà metzmetz etet bienbien queque n’ayantn’ayant aucuneaucune attacheattache dede famillefamille enen cettecette villeville dontdont meme voicivoici parpar unun hasardhasard dede garnisonje revendiquerevendique d’autantd’autant plusplus mama qualitéqualité dede lorrainlorrain etet dede messinla lorrainelorraine etet metzmetz sontsont plusplus malheureusesmalheureuses plusplus douloureusesje suis nésuis né àné à metzà metz etmetz et bienet bien quebien que n’ayantque n’ayant aucunen’ayant aucune attacheaucune attache deattache de famillede famille enfamille en cetteen cette villecette ville dontville dont medont me voicime voici parvoici par unpar un hasardun hasard dehasard de garnisonje revendique d’autantrevendique d’autant plusd’autant plus maplus ma qualitéma qualité dequalité de lorrainde lorrain etlorrain et deet de messinque la lorrainela lorraine etlorraine et metzet metz sontmetz sont plussont plus malheureusesplus malheureuses plusmalheureuses plus douloureuses

- Vous nous avez été chaudement recommandé par Martha Metz. - Martha Metz ? Oh, la chienne en chaleur, bien sûr. - Je vous demande pardon ? - Petite Pékinoise, hyper-active, perdue à Highland Park un soir, à moitié morte quand je l'ai retrouvée... C'est assez, dit la baleine.Ca me confirme ce que je pensais sur les paroles malheureuses : elles ont un pouvoir terrifiant ! Combien de fois n'ai-je vécu cette situation : une parole sans aucune importance, dite par moi ou par un autre, qui provoquait des catastrophes dont les effets pouvaient durer des années. Aucune réalité n'exprime aussi bien l'idée de destin que les paroles malheureuses et leurs conséquences inexpiables.Jean Echenoz, né le 4 août 1946 à Valenciennes. Etudes de chimie organique à Lille. Etudes de contrebasse à Metz. Assez bon nageur.Une passion est une existence primitive ou, si vous le voulez, un mode primitif d'existence et elle ne contient aucune qualité représentative qui en fasse une copie d'une autre existence ou d'un autre mode. Quand je suis en colère, je suis actuellement dominé par cette passion et, dans cette émotion, je n'ai pas plus de référence à un autre objet que lorsque je suis assoiffé, malade ou haut de plus de cinq pieds. Il est donc impossible que cette passion puisse être combattue par la vérité et la raison ou qu'elle puisse les contredire ; car la contradiction consiste dans le désaccord des idées, considérées comme des copies, avec les objets qu'elles représentent.La garnison a beau jeu près des dames, si les dames ne sont pas comme la ville, imprenables.Qu'est-ce donc que la patrie ? ne serait-ce pas par hasard un bon champ, dont le possesseur, logé commodément dans une maison bien tenue, pourrait dire : Ce champ que je cultive, cette maison que j'ai bâtie, sont à moi ; j'y vis sous la protection des lois, qu'aucun tyran ne peut enfreindre. Quand ceux qui possèdent, comme moi, des champs et des maisons, s'assemblent pour leurs intérêts communs, j'ai ma voix dans cette assemblée ; je suis une partie du tout, une partie de la communauté, une partie de la souveraineté : voilà ma patrie.