Il n'existe point de rapports entre les nations; elles n'ont que des intérêts respectifs, et la force fait le droit entre elles.


il-n'existe-point-de-rapports-entre-nations-n'ont-intérêts-respectifs-force-droit-entre
saint-justn'existepointderapportsentrenationsn'ontintérêtsrespectifsforcedroitil n'existen'existe pointpoint dede rapportsrapports entreentre lesles nationselles n'ontn'ont quedes intérêtsintérêts respectifsla forceforce faitle droitdroit entreentre ellesil n'existe pointn'existe point depoint de rapportsde rapports entrerapports entre lesentre les nationselles n'ont quen'ont que desque des intérêtsdes intérêts respectifset la forcela force faitforce fait lefait le droitle droit entredroit entre ellesil n'existe point den'existe point de rapportspoint de rapports entrede rapports entre lesrapports entre les nationselles n'ont que desn'ont que des intérêtsque des intérêts respectifset la force faitla force fait leforce fait le droitfait le droit entrele droit entre ellesil n'existe point de rapportsn'existe point de rapports entrepoint de rapports entre lesde rapports entre les nationselles n'ont que des intérêtsn'ont que des intérêts respectifset la force fait lela force fait le droitforce fait le droit entrefait le droit entre elles

Il n'existe point de rapports entre les nations ; elles n'ont que des intérêts respectifs, et la force fait le droit entre elles.Si l'esthétique est l'ensemble des rapports entre le peintre et le monde extérieur, rapports qui aboutissent au sujet, latechnique est l'ensemble des rapports entre les formes et les couleurs qu'elles contiennent, et entre les formes colorées elles-mêmes.L'absolu, s'il existe, n'est pas du ressort de nos connaissances; nous ne jugeons et nous ne pouvons juger des choses que par les rapports qu'elles ont entre elles.L'action des femmes n'a jamais été qu'une agitation symbolique ; elles n'ont gagné que ce que les hommes ont bien voulu leur concéder ; elles n'ont rien pris : elles ont reçu. C'est qu'elles n'ont pas les moyens concrets de se rassembler en une unité qui se poserait en s'opposant. Elles n'ont pas de passé, d'histoire, de religion qui leur soit propre ; et elles n'ont pas comme les prolétaires une solidarité de travail et d'intérêts ; il n'y a pas même entre elles cette promiscuité spatiale qui fait des Noirs d'Amériques, des Juifs des ghettos, des ouvriers de Saint-Denis ou des usines Renault une communauté. Elles vivent dispersées parmi les hommes, rattachées par l'habitat, le travail, les intérêts économiques, la condition sociale à certains hommes - père ou mari - plus étroitement qu'aux autres femmes.Il existe un lien secret entre toutes les femmes, comme entre tous les prêtres d'une même religion. Elles se haïssent, mais elles se protègent.Il ne s'agit pas de me raconter que le bon droit est avec les églises. Il faut qu'elles aient la force avec elles. Où manque la force, le droit disparaît; où apparaît la force, le droit commence de rayonner.Le droit des églises à rester catholiques est essentiellement dans la puissance, dans la persistance de l'idée qui est en elles.