Il faut se mettre à la place de chacun : tout comprendre, c'est tout pardonner.


il-faut-se-mettre-à-place-de-chacun-comprendre-c'-pardonner
léon tolstoïfautsemettreplacedechacuncomprendrec'estpardonneril fautfaut sese mettremettre àla placeplace dede chacunchacuntout comprendrec'est touttout pardonneril faut sefaut se mettrese mettre àmettre à laà la placela place deplace de chacunde chacuntout comprendrec'est tout pardonneril faut se mettrefaut se mettre àse mettre à lamettre à la placeà la place dela place de chacunplace de chacunil faut se mettre àfaut se mettre à lase mettre à la placemettre à la place deà la place de chacunla place de chacun

Tout comprendre c'est tout pardonner.... Ce qui n'implique pas l'approbation.Tout comprendre c'est tout pardonner. . . . Ce qui n'implique pas l'approbation.Tout comprendre, c'est tout pardonner.Il n'y a pas qu'une seule façon de vivre à deux. Il y a mille chemins qui conduisent au bonheur et à la paix. Chacun peut trouver sa route dès lors qu'il s'efforce de comprendre l'autre. Et pour comprendre l'autre il faut le voir, imaginer qu'on est à sa place. Il faut sortir de soi, de ses rêves. Voir le réel tel qu'il est.On a dit que du plus mauvais livre on peut tirer quelque chose de bon et que par conséquent un livre est toujours un ami et un bienfaiteur, et l’on a pu citer en l’appliquant aux livres, cette ligne de Montaigne :Il sondera la portée d’un chacun : un bouvier, un maçon, un passant, il faut tout mettre en besogne et emprunter chacun selon sa marchandise ; car tout sert en ménage ; la sottise même et faiblesse d’autrui lui sera instruction : à contrôler les grâces et façons d’un chacun il s’engendrera envie des bonnes et mépris des mauvaises.