Dans une discussion, vous avez toujours de votre côté des gens dont vous auriez préféré qu'ils soient de l'autre.


dans-une-discussion-avez-toujours-de-côté-gens-dont-auriez-préféré-qu'-soient-de-l'
jascha heifetzunediscussionaveztoujoursdecôtégensdontauriezpréféréqu'ilssoientl'autredans uneune discussionvous avezavez toujourstoujours dede votrevotre côtécôté desdes gensgens dontdont vousvous auriezauriez préférépréféré qu'ilsqu'ils soientsoient dede l'autredans une discussionvous avez toujoursavez toujours detoujours de votrede votre côtévotre côté descôté des gensdes gens dontgens dont vousdont vous auriezvous auriez préféréauriez préféré qu'ilspréféré qu'ils soientqu'ils soient desoient de l'autrevous avez toujours deavez toujours de votretoujours de votre côtéde votre côté desvotre côté des genscôté des gens dontdes gens dont vousgens dont vous auriezdont vous auriez préférévous auriez préféré qu'ilsauriez préféré qu'ils soientpréféré qu'ils soient dequ'ils soient de l'autrevous avez toujours de votreavez toujours de votre côtétoujours de votre côté desde votre côté des gensvotre côté des gens dontcôté des gens dont vousdes gens dont vous auriezgens dont vous auriez préférédont vous auriez préféré qu'ilsvous auriez préféré qu'ils soientauriez préféré qu'ils soient depréféré qu'ils soient de l'autre

Vous avez entendu parler des gens qui appellent leur lieu de travail pour dire qu'ils sont malades. Il se peut que vous-même, vous l'ayez fait quelquefois. Mais avez-vous jamais pensé à appeler votre travail pour dire que vous étiez en pleine forme ? Ça se passerait comme ça : vous auriez votre patron au bout de la ligne et vous lui diriez : Écoutez, je suis malade depuis que je travaille chez vous mais aujourd'hui, je vais bien, alors je ne viendrai plus. Se faire porter bien portant.Vous êtes nés dans ce pays et vous en êtes fier et vous lui êtes attaché. Vous seriez né dans un autre pays, vous en seriez tout aussi fier et vous lui seriez attaché de même. Mieux, même : né ici, on vous aurait aussitôt transporté dans un autre pays où vous auriez été élevé et auriez grandi ? Vous seriez de ce pays et c'est de lui que vous seriez fier et ce pays auquel vous seriez attaché. Supposez que les bruns se mettent à être fiers d'être bruns, avec une idée de prévalence, - et qui dit prévalence dit bientôt rivalité, - sur les blonds ou vice versa ? Vous voyez si vous êtes comique avec votre orgueil national et votre patriotisme : vous avez eu autant de part à être de ce pays plutôt que d'un autre, que les bruns à être bruns et les blonds à être blonds.Une fois que vous auriez cassé cette barrière invisible qui sépare une personne d' une autre, vous étiez connecté pour toujours, si vous avez aimé ou non.Vous aurez toujours des gens de votre côté s'ils savent où vous êtes.Si vous n'avez d'autre mobile que de vous sentir aimé, de complaire à la foule, vous ne pouvez manquer de tomber dans de mauvaises habitudes, et finalement la foule se lassera de vous. Il faut sans cesse vous mettre à l'épreuve, pousser votre talent aussi loin que possible. Vous faites ça dans votre propre intérêt mais en définitive c'est cette ardeur à vous améliorer que vous rendra le plus cher à vos admirateur. Tel est le paradoxe. Les gens commencent à deviner que vous prenez des risques pour eux la haut. Ils se sentent admis à partager le mystère, à participer, quelle qu'elle soit, à la force inconnue qui vous anime, et dès lors qu'ils réagissent ainsi, vous n'êtes plus seulement un exécutant, vous devenez une star.Il vous arrivera de vous sentir minuscule à côté de la femme à la hauteur de laquelle vous avez cru vivre, des semaines ou des années, sans savoir si c'est vous qui par un coup de baguette magique de votre mauvaise fée, avez soudain rétréci, ou elle qui a vertigineusement grandi (ne vous semble-t-il pas souvent au moment de la rupture, qu'elle bénéficie moins de la considérable plus-value que lui donne l'amour d'un autre qu'elle ne rattrape à retardement la dévaluation (plus spectaculaire encore) dont elle a été victime le jour où elle a déclaré vous aimer?)