Attendre le courrier comme on attend le Père Noël est un trait commun à tous les écrivains.


attendre-courrier-on-attend-père-noël-un-trait-commun-à-écrivains
geneviève brisacattendrecourrieronattendpèrenoluntraitcommunécrivainsattendre lele courriercourrier commecomme onon attendattend lele pèrepère noëlnoël estest unun traittrait communcommun àles écrivainsattendre le courrierle courrier commecourrier comme oncomme on attendon attend leattend le pèrele père noëlpère noël estnoël est unest un traitun trait communtrait commun àcommun à toustous les écrivainsattendre le courrier commele courrier comme oncourrier comme on attendcomme on attend leon attend le pèreattend le père noëlle père noël estpère noël est unnoël est un traitest un trait communun trait commun àtrait commun à touscommun à tous lesà tous les écrivainsattendre le courrier comme onle courrier comme on attendcourrier comme on attend lecomme on attend le pèreon attend le père noëlattend le père noël estle père noël est unpère noël est un traitnoël est un trait communest un trait commun àun trait commun à toustrait commun à tous lescommun à tous les écrivains

Il y a quatre âges dans la vie de l'homme: - celui où il croit au père Noël; - celui où il ne croit plus au père Noël; - celui où il est le père Noël; - celui où il ressemble au père Noël.Les voitures, c'est pour les ministres et les députés. les femmes, c'est pour les députés et les ministres. le père noël, c'est pour les nègres à monocle. que le père noël soit pour tous ! voilà comme nous l'entendons, nous, i'ndépendance du congo !Plus on grandit, moins on croit au père noël, mais on attend toujours avec impatience les cadeaux.Et une fourmi se tenait devant moi. Une fourmi extraordinairement grosse. Elle souriait avec douceur. Comme le père Noël. Un père noël à qui on aurait fait manger des biscuits au haschich.Une règle est restée inchangée jusqu’à nos jours : les écrivains masculins sont avant tout perçus comme des écrivains, ensuite comme des hommes. Quant aux femmes écrivains, elles sont d’abord femmes, puis écrivains.Je sais que pas Noël, mais les genoux du Père Noël est toujours prêt.