Ma mère me disait :


ma-mère-me-disait-deviens-soldat-seras-général-te-fais-moine-seras-pape-au-lieu-de-voulais-être-peintre-suis-devenu-picasso
pablo picassomèremedisaitdevienssoldatserasgénéraltefaismoinepapelieudevoulaispeintresuisdevenupicassoma mèremère meme disaittu deviensdeviens soldattu serasseras généralgénéraltu tete faisfais moinetu serasau lieulieu dede celaje voulaisvoulais êtreêtre peintreje suissuis devenudevenu picassoma mère memère me disaitsi tu devienstu deviens soldattu seras généralseras généralsi tu tetu te faiste fais moineau lieu delieu de celaje voulais êtrevoulais être peintreet je suisje suis devenusuis devenu picasso

Ô France, adieu ! tu es trop grande pour n’être qu’une patrie. On se sépare de sa mère qui devient déesse. Encore un peu de temps, et tu t’évanouiras dans la transfiguration. Tu es si grande que voilà que tu ne vas plus être. Tu ne seras plus France, tu seras Humanité ; tu ne seras plus nation, tu seras ubiquité. Tu es destinée à te dissoudre tout entière en rayonnement, et rien n’est auguste à cette heure comme l’effacement visible de ta frontière. Résigne-toi à ton immensité. Adieu, Peuple ! salut, Homme ! Subis ton élargissement fatal et sublime, ô ma patrie, et, de même qu’Athènes est devenue la Grèce, de même que Rome est devenue la chrétienté, toi, France, deviens le monde.Marie-toi, et tu seras heureux une semaine; tue un cochon, et tu seras heureux un mois; fais-toi curé, et tu seras heureux toute ta vie.Toi aussi, tu seras ivre. Tu seras caché, tu seras aussi chercher la force à cause de l'ennemiSois content, tu seras riche ; Aie du cœur, tu seras fort.Sois content, tu seras riche, ait du coeur, tu seras fort.