L?un a besoin de l?autre : le capital n?est rien sans le travail, le travail rien sans le capital.


lun-a-besoin-de-l-capital-n-rien-travail-travail-rien-capital
léon xiiilunbesoindelautrecapitalnestrientravailtravailcapitalbesoin dele capitalrien sansle travaille travailtravail rienrien sansle capitala besoin dele capitalrien sans lesans le travaille travail rientravail rien sansrien sans lesans le capitalrien sans le travaille travail rien sanstravail rien sans lerien sans le capitalle travail rien sans letravail rien sans le capital

L'un a besoin de l'autre : le capital n'est rien sans le travail, le travail rien sans le capital.L'un a besoin de l'autre: le capital n'est rien sans le travail, le travail rien sans le capital.La mémoire est pour l'homme la possession de son travail antérieur, en la perdant, tu te ruines ; tu passes du rang de propriétaire intellectuel au rang de prolétaire. Si la pensée est le travail de l'esprit, la mémoire en est le capital, et le vrai capital, ce n'est pas la mémoire confuse et vague, capital mort, mais la mémoire de rappel, capital disponible et présent.La mémoire est pour l'homme la possession de son travail antérieur : en la perdant, tu te ruines ; tu passes du rang de propriétaire intellectuel au rang de prolétaire. Si la pensée est le travail de l'esprit, la mémoire en est le capital, et le vrai capital, ce n'est pas la mémoire confuse et vague, capital mort, mais la mémoire de rappel, capital disponible et présent.Le capital est seulement le fruit du travail et il n'aurait jamais pu exister si le travail n'avait tout d'abord existé.Comment le capital trouve sa substance et son essence dans le travail vivant, de telle manière qu'il provient exclusivement de lui, ne peut se passer de lui, ne vit que pour autant qu'il puise à chaque instant sa vie dans celle du travailleur, vie qui devient ainsi la sienne, c'est ce qu'exprime à travers toute l'œuvre de Marx le thème du vampire. Le capital est du travail mort qui, semblable au vampire, ne s'anime qu'en suçant le travail vivant et sa vie est d'autant plus allègre qu'il en pompe davantage .