Les plus grands produits de l'architecture sont moins des ?uvres individuelles que des ?uvres sociales ; plutôt l'enfantement des peuples en travail que le jet des hommes de génie.


les-plus-grands-produits-de-l'architecture-uvres-individuelles-uvres-sociales-plutôt-l'enfantement-peuples-travail-jet-hommes-de-génie
victor hugoplusgrandsproduitsdel'architectureuvresindividuellessocialesplutôtl'enfantementpeuplestravailjethommesgénieles plusplus grandsgrands produitsproduits dede l'architecturel'architecture sontuvres individuellesindividuelles queuvres socialessocialesplutôtplutôt l'enfantementl'enfantement desdes peuplespeuples enen travailtravail quele jetjet desdes hommeshommes dede génieles plus grandsplus grands produitsgrands produits deproduits de l'architecturede l'architecture sontl'architecture sont moinsuvres individuelles queindividuelles que desuvres socialesplutôt l'enfantementplutôt l'enfantement desl'enfantement des peuplesdes peuples enpeuples en travailen travail quetravail que leque le jetle jet desjet des hommesdes hommes dehommes de génie

Les plus grands produits de l'architecture sont moins des œuvres individuelles que des œuvres sociales ; plutôt l'enfantement des peuples en travail que le jet des hommes de génie.Les plus grands produits de l'architecture sont moins des Ïuvres individuelles que des Ïuvres sociales; plutôt l'enfantement des peuples en travail que le jet des hommes de génie.Les plus grands produits de l'architecture sont moins des oeuvres individuelles que des oeuvres sociales ; plutôt l'enfantement des peuples en travail que le jet des hommes de génie.Une étrange folie possède les classes ouvrières des nations ou règne la civilisation capitaliste. Cette folie traîne à sa suite des misères individuelles et sociales qui, depuis des siècles, torturent la triste humanité. Cette folie est l'amour du travail, la passion moribonde du travail, poussée jusqu'à l'épuisement des forces vitales de l'individu et de sa progéniture.Si l'on convient généralement que les gens à talents sont, pour l'ordinaire, un peu singuliers, ou, comme dit le proverbe, qu'il n'y a point de grands esprits sans un grain de folie, pour cela les hommes de génie n'en sont pas moins précieux ; on méprise les siècles qui n'en ont point produit ; ils sont l'honneur des peuples chez lesquels ils ont vécu ; tôt ou tard on leur érige des statues et on les regarde comme les bienfaiteurs du genre humain.Tous les journaux satiriques, depuis qu’il en existe, ne sont qu’une exposition hebdomadaire des faiblesses, des gaffes ou des tares des grands hommes ou tout au moins de ceux que la foule envie.