Les hommes font leur histoire, même s'ils ne savent pas l'histoire qu'ils font.


les-hommes-histoire-s'-ne-savent-l'histoire-qu'
raymond aronhommeshistoires'ilsnesaventl'histoirequ'ilsles hommeshommes fontleur histoiremême s'ilss'ils nene saventsavent paspas l'histoirel'histoire qu'ilsqu'ils fontles hommes fonthommes font leurfont leur histoiremême s'ils nes'ils ne saventne savent passavent pas l'histoirepas l'histoire qu'ilsl'histoire qu'ils fontles hommes font leurhommes font leur histoiremême s'ils ne savents'ils ne savent pasne savent pas l'histoiresavent pas l'histoire qu'ilspas l'histoire qu'ils fontles hommes font leur histoiremême s'ils ne savent pass'ils ne savent pas l'histoirene savent pas l'histoire qu'ilssavent pas l'histoire qu'ils font

L'histoire n'avance pas au hasard. Elle ne va pas ni n'importe où, ni n'importe comment. Elle ne divague pas en titubant à la façon d'un homme ivre. Elle est cruelle et souvent atroce. Mais elle a sa logique propre, implacable et logique. Il y a un sens de l'histoire. Nous le discernons dans le passé. Nous ne le connaissons pas dans l'avenir. Il est caché comme Dieu lui-même. Les hommes font l'histoire, mais ils ne savent pas l'histoire qu'ils font. On pourrait soutenir qu'ils la font malgré eux.Les hommes ne trouvent pas la vérité : ils la font, comme ils font leur histoire, et elles le leur rendent bien.Ce sont les hommes qui écrivent l'histoire, mais ils ne savent pas l'histoire qu'ils écrivent.Les hommes ne veulent pas ce qu’ils font, mais ce en vue de quoi ils font ce qu’ils font.Les hommes ne veulent pas ce qu'ils font, mais ce en vue de quoi ils font ce qu'ils font.Pour connaître les hommes il faut les voir agir. Dans le monde on les entend parler ; ils montrent leurs discours et cachent leurs actions : mais dans l’histoire elles sont dévoilées, et on les juge sur les faits. Leurs propos même aident à les apprécier ; car, comparant ce qu’ils font à ce qu’ils disent, on voit à la fois ce qu’ils sont et ce qu’ils veulent paraître : plus ils se déguisent, mieux on les connaît.