Le savant n'étudie pas la nature parce que cela est utile; il l'étudie parce qu'il y prend plaisir et il y prend plaisir parce qu'elle est belle.


le-savant-n'étudie-nature-utile-l'étudie-qu'-y-prend-plaisir-y-prend-plaisir-qu'-belle
henri poincarésavantn'étudienatureutilel'étudiequ'ilprendplaisirqu'ellebellele savantsavant n'étudien'étudie pasla naturenature parceest utileil l'étudiel'étudie parceparce qu'ilqu'il yy prendprend plaisirplaisir ety prendprend plaisirplaisir parceparce qu'ellequ'elle estest bellele savant n'étudiesavant n'étudie pasn'étudie pas lapas la naturela nature parcenature parce quecela est utileil l'étudie parcel'étudie parce qu'ilparce qu'il yqu'il y prendy prend plaisirprend plaisir etplaisir et ilil y prendy prend plaisirprend plaisir parceplaisir parce qu'elleparce qu'elle estqu'elle est bellele savant n'étudie passavant n'étudie pas lan'étudie pas la naturepas la nature parcela nature parce quenature parce que celaque cela est utileil l'étudie parce qu'ill'étudie parce qu'il yparce qu'il y prendqu'il y prend plaisiry prend plaisir etprend plaisir et ilplaisir et il yet il y prendil y prend plaisiry prend plaisir parceprend plaisir parce qu'elleplaisir parce qu'elle estparce qu'elle est bellele savant n'étudie pas lasavant n'étudie pas la naturen'étudie pas la nature parcepas la nature parce quela nature parce que celanature parce que cela estparce que cela est utileil l'étudie parce qu'il yl'étudie parce qu'il y prendparce qu'il y prend plaisirqu'il y prend plaisir ety prend plaisir et ilprend plaisir et il yplaisir et il y prendet il y prend plaisiril y prend plaisir parcey prend plaisir parce qu'elleprend plaisir parce qu'elle estplaisir parce qu'elle est belle

Le savant n’étudie pas la nature parce que cela est utile ; il l’étudie parce qu’il y prend plaisir et il y prend plaisir parce qu’elle est belle.Le savant n’étudie pas la nature parce que cela est utile ; il l’étudie parce qu’il y prend plaisir et il y prend plaisir parce qu’elle est belle. Si la nature n’était pas belle, elle ne vaudrait pas la peine d’être connue, la vie ne vaudrait pas la peine d’être vécue. Je ne parle pas ici, bien entendu, de cette beauté qui frappe les sens, de la beauté des qualités et des apparences ; non que j’en fasse fi, loin de là, mais elle n’a rien à faire avec la science ; je veux parler de cette beauté plus intime qui vient de l’ordre harmonieux des parties, et qu'une intelligence pure peut saisir.Prenez de l'amour ce qu'un homme sobre prend de vin ; ne devenez pas un ivrogne. Si votre maîtresse est sincère et fidèle, aimez-la pour cela : mais, si elle ne l'est pas, et qu'elle soit jeune et belle, aimez-la parce qu'elle est jeune et belle ; et, si elle est agréable et spirituelle, aimez-la encore ; et, si elle n'est rien de tout cela, mais qu'elle vous aime seulement, aimez-la encore. On n'est pas aimé tous les soirs.L'homme souffre seulement parce qu'il prend au sérieux ce que les dieux ont fait pour le plaisir.Faire une action parce qu'elle est suivie d'un plaisir intérieur, c'est pratiquer la vertu pour le plaisir ; cette morale ne détruit pas l'égoïsme, elle le perfectionne ; son seul mérite est de choisir mieux le plaisir.Ce n'est pas parce qu'il étudie qu'il ne se soulage pas, ce n'est pas parce qu'il prie que Dieu il ne craigne pas.