Le plaisir nous use. Le travail nous fortifie.


le-plaisir-use-le-travail-fortifie
charles baudelaireplaisirusetravailfortifiele plaisirplaisir nousnous usele travailtravail nousnous fortifiele plaisir nousplaisir nous usele travail noustravail nous fortifiele plaisir nous usele travail nous fortifie

A chaque minute nous sommes écrasés par l'idée et la sensation du temps. Et il n'y a que deux moyens pour échapper à ce cauchemar: le plaisir et le travail. Le plaisir nous use. Le travail nous fortifie. Choisissons.A chaque minute nous sommes écrasés par l'idée et la sensation du temps. Et il n'y a que deux moyens pour échapper à ce cauchemar : le plaisir et le travail. Le plaisir nous use. Le travail nous fortifie. Choisissons.La lecture, acte de communication ? Encore une jolie blague de commentateurs ! Ce que nous lisons, nous le taisons. Le plaisir du livre lu, nous le gardons le plus souvent au secret de notre jalousie. Soit parce que nous n'y voyons pas matière à discours, soit parce que, avant d'en pouvoir dire un mot, il nous faut laisser le temps faire son délicieux travail de distillation.Nous n'avons que l'amour et le travail dans nos vies. Si nous sommes chanceux, nous aimons notre travail. Si nous sommes sages, nous travaillons à nos amours.Que des Chinois qui gagnent dix fois moins que nous trouvent le plaisir du travail, aient envie de bouger, ça devrait nous donner envie de grandir. C’est ça qui nous manque (. .) On est assistés.Car tous nous ont fait peur, en disant: Leurs mains se lasseront du travail, que ce ne soit pas fait. Maintenant donc, ô Dieu, fortifie mes mains.