Heureux l'homme occupé de l'éternel destin, qui, tel qu'un voyageur qui part de grand matin, se réveille, l'esprit rempli de rêverie, et, dès l'aube du jour, se met à lire et prie !


heureux-l'homme-occupé-de-l'éternel-destin-tel-qu'un-voyageur-part-de-grand-matin-se-réveille-l'esprit-rempli-de-rêverie-dès-l'aube-jour-se
victor hugoheureuxl'hommeoccupédel'éterneldestintelqu'unvoyageurpartgrandmatinseréveillel'espritremplirêveriedèsl'aubejourmetlireprieheureux l'hommel'homme occupéoccupé dede l'éternell'éternel destintel qu'unqu'un voyageurvoyageur quiqui partpart dede grandse réveillel'esprit remplirempli dede rêveriedès l'aubel'aube dudu jourse metmet àà lirelire etet prieprieheureux l'homme occupél'homme occupé deoccupé de l'éternelde l'éternel destintel qu'un voyageurqu'un voyageur quivoyageur qui partqui part depart de grandde grand matinl'esprit rempli derempli de rêveriedès l'aube dul'aube du jourse met àmet à lireà lire etlire et prieet prie

On trouve naturel qu'un homme malheureux ne s'occupe que de soi, tandis qu'un homme heureux passera pour un monstre s'il ne s'occupe pas exclusivement des autres, les gens restant d'ailleurs convaincus qu'il n'est heureux que parce qu'il s'occupe exclusivement de lui.Louez l'Éternel. Heureux l'homme qui craint l'Éternel, un grand plaisir à ses commandements.Je prie tous les soirs avant d' aller dormir et chaque matin quand je me réveille.Oublié dans son pays, inconnu ailleurs, tel est le destin du voyageur.Le grand jour de l'Éternel est proche, il est proche, et arrive en toute hâte, même la voix du jour de l'Éternel: l'homme puissant des cris amers.Les maximes, les axiomes sont, ainsi que les abrégés, l'ouvrage des gens d'esprits, qui ont travaillé, ce semble, à l'usage des esprits médiocres ou paresseux. Le paresseux s'accommode d'une maxime qui le dispense de faire lui-même les observations qui ont mené l'auteur de la maxime au résultat dont il fait part à son lecteur. Le paresseux et l'homme médiocre se croient dispensés d'aller au delà, et donnent à la maxime une généralité que l'Auteur, à moins qu'il ne soit lui-même médiocre, ce qui arrive quelquefois, n'a pas prétendu lui donner. L'homme supérieur saisit tout d'un coup les ressemblances, les différences qui font que la maxime est plus ou moins applicable à tel ou tel cas, ou ne l'est pas du tout. Il en est de cela comme de l'histoire naturelle, où le désir de simplifier a imaginé les classes et les divisions. Il a fallu avoir l'esprit pour les faire ; car il a fallu rapprocher et observer des rapports : mais le grand naturaliste, l'homme de génie, voit que la nature prodigue des êtres individuelle ent différents, et voit l'insuffisance des divisions et des classes, qui sont d'un si grand usage aux esprits médiocres ou paresseux. On peut les associer : c'est souvent la même chose, c'est souvent la cause et l'effet.