C'est l'homme tout entier qui est conditionné au comportement productif par l'organisation du travail, et hors de l'usine il garde la même peau et la même tête.


c'-l'homme-entier-conditionné-comportement-productif-l'organisation-travail-de-l'usine-garde-peau-tête
christophe dejoursc'estl'hommeentierconditionnécomportementproductifl'organisationtravaildel'usinegardepeautêtec'est l'hommel'homme touttout entierentier quiest conditionnéconditionné auau comportementcomportement productifproductif parpar l'organisationl'organisation dudu travailhors dede l'usinel'usine ilil gardegarde lala mêmemême peaupeau etla mêmemême têtec'est l'homme toutl'homme tout entiertout entier quientier qui estqui est conditionnéest conditionné auconditionné au comportementau comportement productifcomportement productif parproductif par l'organisationpar l'organisation dul'organisation du travailet hors dehors de l'usinede l'usine ill'usine il gardeil garde lagarde la mêmela même peaumême peau etpeau et laet la mêmela même tête

C'est l'homme tout entier qui est conditionné au comportement productif par l'organisation du travail, et hors de l'usine il garde la même peau et la même tête. Dépersonnalisé au travail, il demeurera dépersonnalisé chez lui.Tout effort de l’âne pour happer la carotte a pour effet de faire avancer l’attelage tout entier et la carotte elle-même qui demeure toujours à la même distance de l’âne. Ainsi courons-nous après un possible que notre course même fait apparaître, qui n’est rien que notre course et qui se définit par là même comme hors d’atteinte. Nous courons vers nous-mêmes et nous sommes, de ce fait, l’être qui ne peut pas se rejoindre.C'est par un état de violence permanente que le despote peut faire valoir sa volonté sur le corps social tout entier. Le despote est donc celui qui exerce en permanence — hors statut et hors la loi, mais d'une manière qui est complètement intriquée dans son existence même — et qui fait valoir d'une façon criminelle son intérêt. C'est le hors-la-loi permanent, c'est l'individu sans lien social.La grande obsession de la guerre : elle ne concerne pas les autres mais soi-même. Elle explique tout : notre comportement, nos forfaits, nos déviations, notre évolution. Nous ne pensons qu’à notre peau. Nous en sortir, un point c’est tout. Nous ne pleurons que pour nous-même. Nous ne respectons que nous-même. Seule notre vie a un prix.Voici le marié, un homme qui a gardé la tête même quand il a perdu son cœur.En vérité, si un homme abandonnait un royaume et le monde entier et qu'il se garde lui-même, il n'aurait rien abandonné.