À l'heure actuelle, quelle situation est faite dans le corps social de l'humanité à l'homme de science ? Dans une certaine mesure, il peut se féliciter que le travail de ses contemporains, même de façon très indirecte, ait radicalement modifié la vie économique des hommes parce qu'il a éliminé presque entièrement le travail musculaire. Mais il est aussi découragé puisque les résultats de ses recherches ont provoqué une terrible menace pour l'humanité. Car les résultats de ses investigations ont été récupérés par les représentants du pouvoir politique, ces hommes moralement aveugles.


À-l'heure-actuelle-situation-faite-corps-social-de-l'humanité-à-l'homme-de-science-dans-une-certaine-mesure-se-féliciter-travail-de
albert einsteinl'heureactuellesituationfaitecorpssocialdel'humanitél'hommescienceunecertainemesuresefélicitertravailcontemporainsfaonindirecteaitradicalementmodifiévieéconomiquehommesqu'iléliminépresqueentièrementmusculairedécouragépuisquerésultatsrecherchesontprovoquéterriblemenacel'humanitéinvestigationsrécupérésreprésentantspouvoirpolitiquemoralementaveuglesÀ l'heurel'heure actuellequelle situationsituation estest faitefaite dansle corpscorps socialsocial dede l'humanitél'humanité àà l'hommel'homme dede sciencesciencedans uneune certainecertaine mesurepeut sese féliciterféliciter quele travailtravail dede sesses contemporainsmême dede façonfaçon trèstrès indirecteait radicalementradicalement modifiémodifié lala vievie économiqueéconomique desdes hommeshommes parceparce qu'iléliminé presquepresque entièremententièrement lele travailtravail musculaireaussi découragédécouragé puisquepuisque lesles résultatsrésultats dede sesses recherchesrecherches ontont provoquéprovoqué uneune terribleterrible menacemenace pourpour l'humanitéles résultatsrésultats dede sesses investigationsinvestigations ontont étéété récupérésrécupérés parles représentantsreprésentants dudu pouvoirpouvoir politiqueces hommeshommes moralementmoralement aveuglesÀ l'heure actuellequelle situation estsituation est faiteest faite dansfaite dans ledans le corpsle corps socialcorps social desocial de l'humanitéde l'humanité àl'humanité à l'hommeà l'homme del'homme de sciencede sciencedans unedans une certaineune certaine mesureil peut sepeut se féliciterse féliciter queféliciter que leque le travaille travail detravail de sesde ses contemporainsmême de façonde façon trèsfaçon très indirecteait radicalement modifiéradicalement modifié lamodifié la viela vie économiquevie économique deséconomique des hommesdes hommes parcehommes parce qu'ilqu'il a éliminéa éliminé presqueéliminé presque entièrementpresque entièrement leentièrement le travaille travail musculaireest aussi découragéaussi découragé puisquedécouragé puisque lespuisque les résultatsles résultats derésultats de sesde ses recherchesses recherches ontrecherches ont provoquéont provoqué uneprovoqué une terribleune terrible menaceterrible menace pourmenace pour l'humanitécar les résultatsles résultats derésultats de sesde ses investigationsses investigations ontinvestigations ont étéont été récupérésété récupérés parrécupérés par lespar les représentantsles représentants dureprésentants du pouvoirdu pouvoir politiqueces hommes moralementhommes moralement aveugles

Le banquier est un conquérant qui sacrifie des masses pour arriver à des résultats cachés, ses soldats sont les intérêts des particuliers. Il a ses stratagèmes à combiner, ses embuscades à tendre, ses partisans à lancer, ses villes à prendre. La plupart de ces hommes sont si contigus à la Politique, qu’ils finissent par s’en mêler, et leurs fortunes y succombent.Le philosophe consume sa vie à observer les hommes, et il use ses esprits à en démêler les vices et le ridicule ; s'il donne quelque tour à ses pensées, c'est moins par une vanité d'auteur, que pour mettre une vérité qu'il a trouvée dans tout le jour nécessaire pour faire l'impression qui doit servir à son dessein. Quelques lecteurs croient néanmoins le payer avec usure, s'ils disent magistralement qu'ils ont lu son livre, et qu'il y a de l'esprit, mais il leur renvoie tous leurs éloges, qu'il n'a pas cherchés par son travail et par ses veilles. Il porte plus haut ses projets et agit pour une fin plus relevée : il demande des hommes un plus grand et un plus rare succès que les louanges, et même que les récompenses, qui est de les rendre meilleurs.On confond volontiers la politique avec le réalisme, quand ce n'est pas avec la bassesse, cependant que la poésie paraît du domaine du rêve et en tout cas de l'idéal. D'ailleurs, les poètes qui se sont risqués dans la politique y ont rarement réussi, que ce soit Lamartine, ou même Hugo, ou encore Chateaubriand. Les uns comme les autres ont été condamnés très vite à se trouver dans l'opposition, ce qui en politique est le signe de l'échec. Non pas que l'opposition soit une attitude critiquable, mais enfin celui qui accepte les inconvénients de la vie politique, ses servitudes, ses responsabilités, ses salissures et parfois ses risques, le fait pour agir, pour imprimer sa marque aux événements, en un mot pour gouverner. Passer sa vie dans l'opposition est pour un homme politique ce que serait pour un poète se condamner à lire et à juger les vers des autres.C'est une chose curieuse, le désir de connaissance. .. Très peu de gens l'ont, vous savez, même parmi les chercheurs ; la plupart se contentent de faire carrière, ils bifurquent rapidement vers l'administratif ; pourtant, c'est terriblement important dans l'histoire de l'humanité. On pourrait imaginer une fable dans laquelle un tout petit groupe d'hommes - au maximum quelques centaines de personnes à la surface de la planète - poursuit avec acharnement une activité très difficile, très abstraite, absolument incompréhensible aux non-initiés. Ces hommes restent à jamais inconnus du reste de la population ; ils ne connaissent ni le pouvoir, ni la fortune, ni les honneurs ; personne n'est même capable de comprendre le plaisir que leur procure leur petite activité. Pourtant ils sont la puissance la plus importante du monde, et cela pour une raison très simple, une toute petite raison : ils détiennent les clefs de la certitude rationnelle. Tout ce qu'ils déclarent comme vrai est tôt ou tard reconnu tel par l'ensemble de la population. Aucune puissance économique, politique, sociale ou religieuse n'est capable de tenir face à l'évidence de la certitude rationnelle. On peut dire que l'Occident s'est intéressé au-delà de toute mesure à la philosophie et à la politique, qu'il s'est battu de manière parfaitement déraisonnable autour de questions philosophiques ou politiques ; on peut dire aussi que l'Occident a passionnément aimé la littérature et les arts ; mais rien en réalité n'aura eu autant de poids dans son histoire que le besoin de certitude rationnelle. À ce besoin de certitude rationnelle, l'Occident aura finalement tout sacrifié : sa religion, son bonheur, ses espoirs, et en définitive sa vie. C'est une chose dont il faudra se souvenir, lorsqu'on voudra porter un jugement d'ensemble sur la civilisation occidentale.… ces hommes infiniment versés dans l'étude des lois sont extrêmement rares, que ceux qui se sont glissés dans la composition actuelle des tribunaux sont des subalternes ; qu'il y a parmi les juges actuels un grand nombre de procureurs et même d'huissiers ; eh bien, ces mêmes hommes, loin d'avoir une connaissance approfondie des lois, n'ont qu'un jargon de chicane ; et cette science, loin d'être utile, est infiniment funeste. D'ailleurs on m'a mal interprété ; je n'ai pas proposé d'exclure les hommes de loi des tribunaux, mais seulement de supprimer l'espèce de privilège exclusif qu'ils se sont arrogé jusqu'à présent. Le peuple élira sans doute tous les citoyens de cette classe, qui unissent le patriotisme aux connaissances, mais, à défaut d'hommes de loi patriotes, ne doit-il pas pouvoir élire d'autres citoyens ? … la nécessité de placer un prud'homme dans la composition des tribunaux, d'y placer un citoyen, un homme de bon sens, reconnu pour tel dans son canton, pour réprimer l'esprit de dubitation qu'ont souvent les hommes barbouillés de la science de la justice .Les hommes travaillent généralement trop pour pouvoir encore rester eux-mêmes. Le travail : une malédiction que l'homme a transformée en volupté. Œuvrer de toutes ses forces pour le seul amour du travail, tirer de la joie d'un effort qui ne mène qu'à des accomplissements sans valeur, estimer qu'on ne peut se réaliser autrement que par le labeur incessant — voilà une chose révoltante et incompréhensible.